Skip directly to content

Incubateur de Corse Au service de l'innovation

Subscribe to flux Incubateur de Corse Au service de l'innovation
Au service de l'innovation
Mis à jour : il y a 3 heures 13 min

Meilleurs voeux 2016 !

lun, 01/04/2016 - 15:19

L'équipe d'Inizià vous souhaite une bonne année, pleine de nouveaux défis et ouverte sur l'innovation.

Vi prisintemu i nostri auguri di paci è di saluta pà u 2016

L'équipe d'Inizià vous souhaite une bonne année, pleine de nouveaux défis et ouverte sur l'innovation.

Vi prisintemu i nostri auguri di paci è di saluta pà u 2016

Catégories: Flux externes

Qu'est ce qu'un incubateur ?

ven, 12/18/2015 - 11:09

L’Agence Pour la Création d’Entreprises (APCE) a publié sur son site Internet une fiche consacrée aux incubateurs d'entreprises qui répond aux interrogations suivantes :
• Qu'est ce qu'un incubateur ?
• Quels sont les services proposés ?
• Comment intégrer un incubateur ?
• Comment trouver un incubateur ?

L’Agence Pour la Création d’Entreprises (APCE) a publié sur son site Internet une fiche consacrée aux incubateurs d'entreprises qui répond aux interrogations suivantes :
• Qu'est ce qu'un incubateur ?
• Quels sont les services proposés ?
• Comment intégrer un incubateur ?
• Comment trouver un incubateur ?

Acteurs de l'innovation, les incubateurs jouent un rôle essentiel dans la maturation d'un projet innovant. Présents à la fois en amont de la création et au cours de la vie de l'entreprise, ils mettent à disposition des porteurs de projet une multitude de services leur permettant de se lancer dans les meilleures conditions. Ils concourent ainsi à la formation d'un écosystème propice à l'émergence et au développement de startups.

L'offre de services varie d'un incubateur à l'autre, il est donc difficile d'en dresser une liste exhaustive. Néanmoins, il est possible de citer les plus répandus :

  • accompagnement personnalisé par un ou plusieurs chargés d'incubation,
  • intervention d'experts techniques et métiers,
  • accès à une communauté d'anciens incubés,
  • hébergement à un prix pouvant être inférieur au prix du marché,
  • mise en relation avec des investisseurs, des partenaires, des clients, des béta-testeurs, etc.
  • mise à disposition de matériels et de services, de technologies, etc.
  • apport de capitaux moyennant une prise de participation (particularité des accélérateurs),

Qu'est-ce qu'un projet innovant ?L'innovation ne se limite pas uniquement au domaine des sciences et de la technique pure. Aujourd'hui, notamment grâce à l'évolution des usages et du numérique, il est possible d'apporter des innovations, entre autres, au niveau du business model, de la démarche commerciale ou dans le champ même de l'économie sociale et solidaire !

► Qu'est-ce qu'un incubateur ?

Structure d'appui à la création d'entreprises, l'incubateur a pour objectif de transformer une idée innovante en entreprise performante.

Néanmoins, devant le foisonnement de structures, il est difficile aujourd'hui de proposer une classification rigoureuse tant elles sont différentes dans leurs modes de fonctionnement (public-privé, privé, etc.), leurs finalités (transfert de technologies, attractivité, développement économique, retour sur investissement, etc.), leurs secteurs d'intervention (biotech, numérique, robotique, etc.), leurs publics (étudiants, femmes, etc.) et leurs conditions d'admission.

En tout état de cause, voici les principales familles d'incubateurs qu'il est possible de recenser :

Les incubateurs publics dit incubateurs "Allègre" Leur mission consiste à favoriser le transfert de technologies développées dans les laboratoires de recherche publique par la création d'entreprises innovantes. Pour en savoir plus

Les incubateurs rattachés aux grandes écoles Ils sont présents dans les grandes écoles d'ingénieurs comme Centrale, Polytechnique, Telecom Paris Tech, etc. et les grandes écoles de commerce : HEC, EM Lyon, ESCP, etc. Les services proposés varient d'une structure à une autre. Ils s'adressent aux étudiants voire parfois aux anciens étudiants. Leur champ d'intervention ne se limite pas nécessairement à l'accompagnement ; certains se consacrent également à la sensibilisation à l'esprit d'entreprendre auprès des étudiants.

Les incubateurs de collectivités locales Ils dépendent d'une région, d'une métropole, etc. pour contribuer à l'attractivité et au développement économique voire social de leur territoire.

Les incubateurs privés Ils peuvent être à l'initiative d'entrepreneurs, d'investisseurs, d'associations professionnelles, etc. avec le soutien ou non de partenaires publics et de grandes entreprises. Certains d'entre eux prennent la forme d'accélérateurs.

Les incubateurs de grandes entreprises Dans le contexte actuel, caractérisé par une forte transformation digitale de certains secteurs, les grandes entreprises ont mis en oeuvre des stratégies d'open innovation, notamment en créant leur propre incubateur afin d'attirer des talents et des ressources nouvelles. Les objectifs sont multiples : améliorer l'efficacité commerciale d'un produit, créer une nouvelle offre, favoriser l'émergence d'une culture intrapreneuriale au sein des équipes, etc.

Les CEEI (Centre européen d'entreprises et d'innovation) Ce sont des organismes publics qui détectent et accompagnent des projets de création d'entreprises innovantes. Ils sont labellisés par l'Union européenne et soutenus par la Commission européenne via le réseau EBN.

Qu'est-ce qu'un accélérateur ?Le premier du genre, le Y Combinator créé en 2005, nous vient de la Sillicon Valley. On peut dire qu'il résulte du mariage d'un incubateur et d'un fonds d'investissements en capital amorçage. L'accélérateur se rémunère moyennant une prise de participation dans les startups accélérées. A la base, le délai d'accompagnement est très court, sur une période de quelques mois, et intensif. Toutefois, certains accélérateurs tendraient à considérer que l'accompagnement doit s'égrainer non pas selon un calendrier arrêté mais bien au gré des besoins des entrepreneurs sur une période indéterminée. Aujourd'hui la frontière entre certains incubateurs et accélérateurs aurait tendance à s'estomper.

► Quels sont les services proposés ?
Catégories: Flux externes

SEAMAXX lève des fonds sur KissKissBankBank

mer, 12/02/2015 - 15:50

SEAMAXX, projet innovant soutenu par l'Incubateur de Corse, lance sa campagne de financement sur KissKissBankBank. Créée à Porto-Vecchio par Jean-Claude GILLET, la société SEAMAXX propose une innovation au service de la chasse sous-marine : l'arbalète sans effort la plus puissante du marché, modulable en action de chasse.

KissKissBankBank est une plateforme de financement participatif – ''ou crowdfunding'' – qui aide les créateurs à collecter des fonds pour réaliser leurs idées ou leurs projets. Plusieurs contreparties ont été fixées par le créateur de projet afin de concrétiser immédiatement l’effort financier consenti, une fois la levée de fonds réussie, parmi lesquelles l'expédition du modèle d'arbalète développé par SEAMAXX.

Soutenez le projet SEAMAXX sur KissKissBankBank

SEAMAXX, projet innovant soutenu par l'Incubateur de Corse, lance sa campagne de financement sur KissKissBankBank. Créée à Porto-Vecchio par Jean-Claude GILLET, la société SEAMAXX propose une innovation au service de la chasse sous-marine : l'arbalète sans effort la plus puissante du marché, modulable en action de chasse.

KissKissBankBank est une plateforme de financement participatif – ''ou crowdfunding'' – qui aide les créateurs à collecter des fonds pour réaliser leurs idées ou leurs projets. Plusieurs contreparties ont été fixées par le créateur de projet afin de concrétiser immédiatement l’effort financier consenti, une fois la levée de fonds réussie, parmi lesquelles l'expédition du modèle d'arbalète développé par SEAMAXX.

Soutenez le projet SEAMAXX sur KissKissBankBank


Catégories: Flux externes

La Corse, autonome en énergie en 2050 ?

jeu, 11/26/2015 - 09:48

La question du stockage de l’énergie mise en lumière après l'inauguration, le 9 octobre 2015, du Smart Grid solaire à Alata, développé et exploité en partenariat avec COFELY INEO par la société CORSICA SOLE, soutenue par INIZIÀ sur le projet DRIVECO.

Le Smart Grid Solaire d’Alata est une centrale photovoltaïque couplée à une solution de stockage et de gestion intelligente de l’énergie. Sa production couvrira la consommation en électricité de plus de 1 000 foyers en Corse. Grâce à ce dispositif de stockage, il est désormais possible d’injecter dans le réseau un profil de production parfaitement stationnaire. Le Smart Grid Solaire d’Alata s'inscrit ainsi dans la logique du Schéma Régional Climat-Air-Energie (SRCAE) de Corse. En effet, ce document prescriptif, prévu par la loi « Grenelle 2 » de 2010 et élaboré par la collectivité territoriale de Corse, mentionne, parmi ses préconisations, le développement des énergies renouvelables électriques avec système de stockage. Le SRCAE parle ainsi d’énergies renouvelables « à puissance garantie ».

La question du stockage de l’énergie mise en lumière après l'inauguration, le 9 octobre 2015, du Smart Grid solaire à Alata, développé et exploité en partenariat avec COFELY INEO par la société CORSICA SOLE, soutenue par INIZIÀ sur le projet DRIVECO.

Le Smart Grid Solaire d’Alata est une centrale photovoltaïque couplée à une solution de stockage et de gestion intelligente de l’énergie. Sa production couvrira la consommation en électricité de plus de 1 000 foyers en Corse. Grâce à ce dispositif de stockage, il est désormais possible d’injecter dans le réseau un profil de production parfaitement stationnaire. Le Smart Grid Solaire d’Alata s'inscrit ainsi dans la logique du Schéma Régional Climat-Air-Energie (SRCAE) de Corse. En effet, ce document prescriptif, prévu par la loi « Grenelle 2 » de 2010 et élaboré par la collectivité territoriale de Corse, mentionne, parmi ses préconisations, le développement des énergies renouvelables électriques avec système de stockage. Le SRCAE parle ainsi d’énergies renouvelables « à puissance garantie ».

Dans sa version adoptée en février 2014, le SRCAE de Corse trace l’avenir énergétique de l’île à horizons 2020 et 2050 selon deux idées forces : la diminution des consommations d’énergie (deux tiers de l’effort) et le développement des énergies renouvelables (un tiers de l’effort). Sur ce second point, deux échéances sont fixées : 20 % en 2020, pour tous les usages de l’énergie (et pas seulement l’électricité), et 100 % en 2050, contre 11 % en 2008. Le SRCAE a bâti sa feuille de route en mettant trois scénarios sur la table : « tendanciel », « Grenelle » et « rupture ». C’est ce dernier scénario qui aboutit à l’autonomie énergétique de la Corse en 2050.


En quoi consiste le Smart Grid solaire d'Alata ?
  • La centrale communique avec l’opérateur du réseau de distribution électrique : la production journalière est annoncée la veille pour le lendemain, permettant ainsi à l'opérateur du réseau d'anticiper le niveau de production qui va être réinjecté.
  • Le dispositif de stockage garantit la stabilité du niveau de production d'énergie solaire : le surplus de production des heures très ensoleillées est stocké pour être ensuite restitué sur le réseau aux heures de mauvais temps, garantissant ainsi un niveau de production identique d'un jour sur l'autre. Creux et pics se trouvent ainsi écrêtés, tandis que la production est stabilisée et affranchie à la fois des aléas météorologiques et des pics de demande.


► Le projet DRIVECO, accompagné par l'Incubateur d'entreprises innovantes – INIZIÀ

Le transport représente plus de 30% de l’énergie consommée en France. Un secteur qui est, à l’heure actuelle, largement dépendant des énergies fossiles, ce qui cause de sérieuses préoccupations en terme de santé publique et d’environnement. Le développement du véhicule électrique est la solution. Né de l’initiative de rendre la mobilité électrique accessible à tous, Driv’Eco a développé dans cet état d’esprit un produit, le PARASOL. L’électricité nécessaire à la recharge des véhicules est fournie par les panneaux solaires photovoltaïques installés sur la toiture de l’ombrière. Le parasol solaire intègre un système de batteries stockant l’énergie solaire excédentaire de la journée pour la restituer la nuit. Le parasol est raccordé au réseau électrique en incluant la technologie Smart Grid. Son design est signé Peugeot Design Lab.

Catégories: Flux externes

Paroles de Corse : Michèle ROSSI, co-fondatrice de MK-ICE

mar, 11/24/2015 - 15:14

Michèle ROSSI, présidente de la société MK-ICE accompagnée par l'Incubateur d'entreprises innovantes INIZIÀ, nous livre son regard sur la Corse, interrogée par Paroles de Corse.

Michèle ROSSI, présidente de la société MK-ICE accompagnée par l'Incubateur d'entreprises innovantes INIZIÀ, nous livre son regard sur la Corse, interrogée par Paroles de Corse.

Catégories: Flux externes

« Sapone nustrale », ou l'innovation au service de la valorisation des ressources naturelles

lun, 11/23/2015 - 10:36

Vu sur le Web (Corse Matin du 22 novembre 2015) ► le quotidien Corse Matin publie un article sur le projet « Sapone Nustrale », porté par Fabrice Balland et accompagné par l'Incubateur d'entreprises innovantes INIZIÀ. Le créateur, installé à Prunelli di Fium'Orbu, produit des savons surgras 100% naturels à partir d'ingrédients d'origine Corse et pour tout type de peaux.

Vu sur le Web (Corse Matin du 22 novembre 2015) ► le quotidien Corse Matin publie un article sur le projet « Sapone Nustrale », porté par Fabrice Balland et accompagné par l'Incubateur d'entreprises innovantes INIZIÀ. Le créateur, installé à Prunelli di Fium'Orbu, produit des savons surgras 100% naturels à partir d'ingrédients d'origine Corse et pour tout type de peaux.

Incubateur territorial et généraliste, INIZIÀ est soutenu financièrement par la Collectivité Territoriale de Corse, l’Etat (Ministère de l'Education Nationale, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche) et l’Union Européenne, ainsi que par ses membres fondateurs parmi lesquels l’Université de Corse, les Communautés d’agglomération d’Ajaccio et de Bastia et les CCI de Corse.

Contacts :
  • incubateur@iei-inizia.fr
  • +33(0) 4 95 26 62 96
  • INIZIÀ — Maison du parc technologique – ZI Erbajolo – 20600 BASTIA

Catégories: Flux externes

Retour sur le salon de l'entreprenariat à Ajaccio

ven, 11/06/2015 - 11:46

Les principaux acteurs de l'entreprenariat en Corse se sont donnés rendez-vous au Palais des Congrès d'Ajaccio le 3 novembre dernier pour le salon dédié au monde de l'entreprise, organisé par la CCI d'Ajaccio et de la Corse-du-Sud. L'équipe de l'Incubateur d'Entreprises Innovantes INIZIÀ était présente sur le salon où elle a accueilli des porteurs de projets et animé un atelier intitulé « Innover en Corse ».

Les principaux acteurs de l'entreprenariat en Corse se sont donnés rendez-vous au Palais des Congrès d'Ajaccio le 3 novembre dernier pour le salon dédié au monde de l'entreprise, organisé par la CCI d'Ajaccio et de la Corse-du-Sud. L'équipe de l'Incubateur d'Entreprises Innovantes INIZIÀ était présente sur le salon où elle a accueilli des porteurs de projets et animé un atelier intitulé « Innover en Corse ».

► Lire l'article du Corse-Matin du 4 novembre 2015 :



► Le stand d'INIZÀ :

Catégories: Flux externes

INIZIÀ au salon de l'entreprenariat à Ajaccio

lun, 11/02/2015 - 11:05

La Chambre de Commerce et d'Industrie Territoriale d'Ajaccio et de la Corse-du-Sud, avec le soutien de la Collectivité Territoriale de Corse à travers son Agence de développement économique, organise le 3 novembre 2015 son 2ème salon de l'entreprenariat dans le hall du Palais des Congrès d’Ajaccio. Les visiteurs auront la possibilité de rencontrer sur place tous les professionnels de l'Entreprenariat en Corse susceptibles de les guider, les informer et les accompagner dans leur projet. 23 stands –parmi lesquels celui d'Inizià– représentant les acteurs locaux de la création d’entreprise et de son environnement seront accessibles de 9h30 à 18h par les publics intéressés. 12 ateliers de 30 minutes chacun se tiendront tout au long de la journée, dont un sur la thématique de l'innovation à 14h30

La Chambre de Commerce et d'Industrie Territoriale d'Ajaccio et de la Corse-du-Sud, avec le soutien de la Collectivité Territoriale de Corse à travers son Agence de développement économique, organise le 3 novembre 2015 son 2ème salon de l'entreprenariat dans le hall du Palais des Congrès d’Ajaccio. Les visiteurs auront la possibilité de rencontrer sur place tous les professionnels de l'Entreprenariat en Corse susceptibles de les guider, les informer et les accompagner dans leur projet. 23 stands –parmi lesquels celui d'Inizià– représentant les acteurs locaux de la création d’entreprise et de son environnement seront accessibles de 9h30 à 18h par les publics intéressés. 12 ateliers de 30 minutes chacun se tiendront tout au long de la journée, dont un sur la thématique de l'innovation à 14h30

Les stands seront occupés par les organismes suivants :

  • Chambre de Commerce et d’industrie Territoriale d’Ajaccio et de la Corse-du-sud : Direction de l’Action Economique et de l’Entreprise et Institut Consulaire de Formation,
  • Chambre de Métiers et de l’Artisanat de la Corse-du-Sud : Direction de l’Action Economique, Centre de Formation des Apprentis,
  • Agence de Développement Economique de la Corse : dispositifs Corse Financement, Entreprendre en Corse, Cors’Emploi…,
  • Ordre Régional des Experts Comptables de Corse,
  • Ordre des Avocats au Barreau d’Ajaccio,
  • Régime Social des Indépendants,
  • Direction Générale des Finances Publiques,
  • Pôle Emploi,
  • Caisse Régionale du Crédit Agricole,
  • Société Générale,
  • LCL,
  • Association pour le Droit à l’Initiative Economique,
  • Initiative Corse,
  • Caisse d’Aménagement et de Développement Economique de la Corse,
  • Corse Active,
  • Université de Corse,
  • Fédération des Sociétés Coopératives et Participatives (SCOP),
  • Ville d’Ajaccio pour l’accessibilité des locaux commerciaux,
  • Incubateur d'entreprises innovantes – Inizià,
  • Mutuelle Familiale de la Corse,
  • Mission Locale d'Ajaccio
  • URSSAF,
  • FIP ACG Management.



Voir le programme des ateliers ici


Isabelle DON IGNAZI, animatrice à RCFM, sera chargée de l'animation du salon. Son rôle consistera à conduire les débats lors des ateliers et à valoriser les professionnels présents sur chacun des stands par des interviews leur permettant d’exposer leur rôle et leur mode d'intervention.

Pour clôturer cet évènement, Corse Matin et la CCI 2A en partenariat avec l'ADEC organiseront un débat "Club de l'Eco" ayant pour thème "L'entreprise Privée et les conditions de sa réussite et de sa pérennité en Corse" réunissant les acteurs du financement en Corse tels que le Crédit Agricole de la Corse, le Crédit Lyonnais, la Société Générale, la Banque de France, l'ADEC, la CADEC, le FIP, la CCI d'Ajaccio et de la Corse-du-Sud et la Chambre de métiers et de l'artisanat de Corse-du-Sud.

Catégories: Flux externes

La marque de cosmétiques Donna è s'exporte en Chine

lun, 11/02/2015 - 08:10

Vu sur le Web (Corse-Matin du 27 octobre 2015) ► Le quotidien Corse Matin a publié un article sur la société Ecce Donna créée avec l'appui de l'Incubateur d'entreprises innovantes de Corse. Depuis le 9 septembre, la gamme de produits de beauté corses et biologiques de la créatrice balanine, Christelle Leandri, est proposée à Pékin. Une clinique de luxe a ouvert ses portes pour promouvoir leurs vertus.

Vu sur le Web (Corse-Matin du 27 octobre 2015) ► Le quotidien Corse Matin a publié un article sur la société Ecce Donna créée avec l'appui de l'Incubateur d'entreprises innovantes de Corse. Depuis le 9 septembre, la gamme de produits de beauté corses et biologiques de la créatrice balanine, Christelle Leandri, est proposée à Pékin. Une clinique de luxe a ouvert ses portes pour promouvoir leurs vertus.

Dans son laboratoire installé à Belgodere, elle a pris l'habitude de transformer les fleurs en parfum, les arômes en miracle de beauté. Pour Christelle Leandri, le secret de la cosmétique c'est de parvenir à puiser dans les matières premières des plantes des vertus bienfaisantes. Et lorsque le ciste, l'immortelle, le fenouil sont cueillis sur les terres insulaires et cultivés sous l'estampille Bio, la formule est gagnante.

Depuis plus de sept ans, la doctorante en Chimie originaire de L'Ile-Rousse a osé le pari d'utiliser le potentiel des plantes en étudiant la composition physio-chimique de leur activité de façon scientifique. Une envie qui s'est traduite par le lancement de la marque "Donna è". Et un slogan qui, depuis quelques semaines, a trouvé écho au bout du monde : "Belle naturellement, bio passionnément, Corse assurément." Comme le hasard fait parfois bien les choses, Christelle Leandri a rencontré il y a trois ans, un couple résidant en Chine. Lui est européen, elle asiatique mais tous deux tombent sous le charme de ses produits labélisés bio. Le parfum identitaire de l'île confie l'exotisme recherché.

"Au départ, ils se sont juste arrêtés dans mon atelier alors qu'ils étaient en visite en Balagne. Puis, ils se sont montrés intéressés par mes recherches scientifiques sur les fleurs de Corse. Nous avons sympathisé, entretenu des échanges et l'idée d'exporter mes produits en Asie s'est présentée", confie la créatrice qui va alors se plonger dans le gros dossier "export". "Cela a nécessité beaucoup de temps, de démarches administratives, de documents scientifiques et d'attestations sanitaires. Mais je suis aujourd'hui l'une des seules entreprises corses qui exporte officiellement en Chine."

Christelle Leandri a trouvé la force de se tracer un chemin en dehors de l'île sans même chercher à gagner d'abord le Continent. Elle a voulu s'ouvrir à de nouveaux horizons, faire les yeux doux à de nouveaux marchés. Et son audace est récompensée.

La cosmétique corse n'est pas une histoire de saisonnalité

Une clinique privée haut de gamme du nom de Kallisté a ouvert ses portes à Pékin le 9 septembre dernier. Produits phares et exclusifs de cette adresse chic et branchée : "Donna è".

Les magazines " Vogue" ou "Cosmopolitain" de Chine ont déjà présenté la marque dans l'air du temps. Monoï aux essences de Corse, gommage au sable fin ou encore crème visage réparatrice, les Asiatiques sont désormais dans la confidence des pouvoirs des plantes.

"C'est assez incroyable. Nous avons inauguré cette clinique et j'ai pris un moment sur place pour former le personnel sur les vertus de mes produits", confie une créatrice "heureuse" mais qui préfère d'ores et déjà se concentrer sur les autres produits à travailler en misant toujours sur la qualité. Et lorsque la question du prochain continent à démarcher se pose, Christelle Leandri refuse les projections. Fière d'être parvenue à réaliser ce premier challenge, elle entend surtout démontrer que la cosmétique corse n'est pas une histoire de saisonnalité, de tendance mais de travail et de rigueur scientifique. Il faut dire qu'en marge de son activité, elle a établi une convention de collaboration de recherches avec l'université de Corse. Elle effectue donc le contrôle qualité des matières premières des plantes corses. La garantie de connaître le dosage idéal pour composer sa gamme.

Catégories: Flux externes

Bowkr, révolution nustrale

lun, 10/12/2015 - 13:24

Vu sur le Web (Informateur Corse Nouvelle #6581) → Dans son édition d'octobre 2015, l'hebdomadaire ICN publie un article sur le projet Bowkr, accompagné par INIZIÀ.

« Depuis trois ans, cinq jeunes insulaires regroupés en start-up travaillent au développement de Bowkr, une plateforme Internet spécialisée dans la recherche d’emplois flexibles, mobiles et freelance. Ils viennent de procéder à son lancement officiel. Zoom avant sur cette entreprise innovante en compagnie de Léo Kinany Martelli, président et co-fondateur de Bowkr »

Vu sur le Web (Informateur Corse Nouvelle #6581) → Dans son édition d'octobre 2015, l'hebdomadaire ICN publie un article sur le projet Bowkr, accompagné par INIZIÀ.

« Depuis trois ans, cinq jeunes insulaires regroupés en start-up travaillent au développement de Bowkr, une plateforme Internet spécialisée dans la recherche d’emplois flexibles, mobiles et freelance. Ils viennent de procéder à son lancement officiel. Zoom avant sur cette entreprise innovante en compagnie de Léo Kinany Martelli, président et co-fondateur de Bowkr »



L'interview de Léo Kinany Martelli, co-fondateur de Bowkr, par Pierre-Louis Marchini (Informateur Corse Nouvelle)

Qu'est ce qui vous a motivé pour créer Bowkr ?

Durant mes études et en attendant de trouver une activité adaptée à mes attentes, j’ai été serveur dans de nombreux lieux en Corse et ailleurs. En terminant une saison en 2012, j’ai ressenti le manque d’un outil permettant de faire savoir au monde mes compétences et surtout ma disponibilité. Sachant que l’offre et la demande existent mais ne coïncident pas, la solution par une base de données paraissait évidente. Comme j’ai toujours eu une attirance pour le numérique et l’entrepreneuriat, je me suis tourné vers mon ami de fac et maintenant associé, Morgan Tomasini, et nous nous sommes lancés dans l’aventure. Cela fait bientôt 3 ans que nous travaillons sur le projet. Une longue période d’auto-formation a été nécessaire pour comprendre l'environnement start-up…

En quoi consiste ce concept ?

Bowkr est la première application de mise en relation dans le domaine des emplois flexibles mobiles et freelance. De l’employeur à l’employé, de l’amateur au professionnel ; dans les secteurs du CHR (cafés-hôtellerie-restauration), du clubbing, du numérique, de la musique, de l’artistique et de la sécurité, ainsi que pour toute personne ayant une compétence et voulant la mettre à profit. Le concept est de créer un profil servant de vitrine à son activité qui est intégré dans une base de données localisée et internationale. Les disponibilités sont en temps réel, donc les profils ne se périment jamais mais évoluent.

Existait-il un réel besoin en la matière ?

Les alternatives existantes fonctionnent toutes par annonces, et celles-ci se périment très rapidement. De plus, la recherche est passive et les profils ne correspondent que très rarement. Enfin, l’austérité de ces dernières années n’est absolument pas adaptée à des talents voulant exprimer leur personnalité. Nous estimons que 12 % de la population française aurait déjà, sans créer l’offre, besoin de Bowkr. Bowkr s’adapte donc aux problématiques des structures déjà existantes tout en imaginant les pratiques professionnelles de demain. Le nombre d’auto-entrepreneurs explose, notamment dans la création ou le numérique, et Bowkr est un bon moyen de démarrer une activité.

Pourquoi avoir choisi de développer ce projet en start-up ?

C’est une suite logique issue des nombreuses conférences que nous avons suivies et qui nous ont inspirés dans la mise en marche du projet. Une startup commence toujours de façon très artisanale, ce qui permet de faire énormément d'erreurs en très peu de temps, et donc de perfectionner son produit avant même son lancement. Donc une remise en question systématique, avec une équipe toujours dans l’action, de nouvelles solutions pour de nouvelles problématiques, n’allant pas à contre-sens d’un businessplan établi sur plusieurs années comme une société classique. De plus, la start-up est très attachée à une culture fun et riche, et une volonté certaine de se démarquer des standards des entreprises traditionnelles.

Comment se traduisent l’accompagnement et le soutien de l’incubateur d’entreprises innovantes Inizià dont vous bénéficiez ?

Un soutien permanent et de nombreux conseils par des personnes extrêmement dynamiques comme Emmanuel Pierre et Valérie Santori qui nous ont permis de bénéficier de premiers financements afin de développer l’outil, mais aussi de déposer la marque Bowkr dans l’Union européenne. L’incubateur, soutenu par l’Adec, a mis à disposition des bureaux au parc technologique de Bastia nous permettant d’avoir des conditions de travail idéales.

Quelle plus-value apportez-vous aux utilisateurs en recherche d’emploi par rapport aux autres plateformes de mise en relation professionnelle déjà existantes ?

À titre d’exemple, LinkedIn favorise la création d’un réseau professionnel et la mise en relation avec des personnes difficilement accessibles, mais cette plateforme se révèle inappropriée à la recherche d’un job. Nous ne sommes pas sur le même créneau. Notre outil vise pour sa part le marché des emplois flexibles et il est parfaitement adapté à ce domaine. Comprendre les réels besoins de nos utilisateurs est notre priorité, ainsi nos fonctionnalités phares sont la disponibilité en temps réel, et la possibilité de se rendre disponible n’importe où dans le monde, et ça ne se retrouve nulle part ailleurs.

Vous venez de lancer une app iPhone. Quels en sont les enjeux ?

Bien que le site web se rapproche de l’architecture d’un réseau social, afin de proposer des profils et non des annonces, l’application se dirige plus vers du temps réel comme Uber ou AirBnB. L’enjeu est donc de franchir un nouveau cap dans la facilité et la rapidité de la mise en relation, « je sors mon smartphone de ma poche, j'appuie sur un bouton "disponible ou indisponible" et tout le monde est au courant ! ».Il consiste, d’autre part, à analyser le comportement des utilisateurs afin de comprendre com ment Bowkr évoluera, tout en se positionnant dès à présent sur le marché des emplois flexibles.

Quel regard portez-vous sur vos premiers mois d’activité ?

Nous sommes très satisfaits car le concept a été validé par les utilisateurs en créant déjà près d’une centaine d’embauches. Ces premiers mois ont surtout servi à tester nos fonctionnalités, niches et messages, et surprise : l’outil s’est naturellement propagé ! Nous poursuivons notre travail visant à la mise en place d’un modèle économique adapté à nos utilisateurs, que nous devrions concrétiser d’ici les six prochains mois…

Comme quoi, la Corse, tout est possible, grâce au numérique…

Nous n’en n’avons jamais douté ! L’atmosphère entrepreneuriale en Corse est très excitante, nous sentons un développement important, et c’est beaucoup plus motivant de travailler depuis Bastia où ce que nous faisons a de l’importance, que depuis une ville où des centaines de start-ups naissent et coulent tous les jours dans l'anonymat. Nous ne sommes pas les premiers à surfer sur la vague du numérique dans l’île, mais c’est certainement toujours la première sur laquelle se joignent de nombreux évènements, structures et projets tels que l’incubateur Inizià, Bastia Ville Digitale. Et la Corsican Tech que nous sommes en train de réaliser avec d’autres start-ups locales à l’initiative de Jean Leccia, directeur de l’association Emaho. Il s'agit d'un accélérateur d’initiatives, ayant pour objet de fédérer les start-ups insulaires afin de partager nos expériences et compétences, tout en facilitant le développement du numérique en Corse.

Quelles sont les perspectives de développement pour Bowkr ?

Avec notre taux de croissance et la viralité de nos utilisateurs, nous espérons très vite nous positionner sur un marché européen avec l’aide de business développeurs dans chaque grande capitale où des migrations professionnelles sont freinées par le manque d’outils. Notre objectif est donc de devenir, en plus d’être les premiers à cibler ce domaine, les numéros 1 de l’emploi flexible, mobile et freelance.

Catégories: Flux externes

Les défis d'un médecins corse créateur de start-ups

mar, 09/22/2015 - 08:01

Vu sur le Web (Corse Matin du 21 septembre 2015) : « Jean-Marie Castellucci docteur du futur » — Généraliste à Lecci, Jean-Marie Castellucci a fondé la première application de diagnostic santé. En quelques mois, DocForYou a été téléchargé 150 000 fois. Mais le médecin a déjà d'autres projets en tête : une nouvelle application, validée par l'Incubateur d'Entreprises Innovantes INIZIÀ. Examen approfondi d'un parcours connecté...

Vu sur le Web (Corse Matin du 21 septembre 2015) : « Jean-Marie Castellucci docteur du futur » — Généraliste à Lecci, Jean-Marie Castellucci a fondé la première application de diagnostic santé. En quelques mois, DocForYou a été téléchargé 150 000 fois. Mais le médecin a déjà d'autres projets en tête : une nouvelle application, validée par l'Incubateur d'Entreprises Innovantes INIZIÀ. Examen approfondi d'un parcours connecté...

Jean-Marie Castellucci est un jeune bien dans ses baskets. Un médecin de campagne à l'esprit branché sur l'espace infini du monde virtuel. Une sorte de Docteur Castellucci et M. Jean-Marie. Côté pile, il exerce la médecine dans l'Extrême-Sud ; côté face, il fonde une start-up innovante : la première application de diagnostic santé pour mobile en France. À Lecci, il soigne physiquement ; derrière son smartphone, il améliore la qualité de l'information pour les e-patients qui prennent de plus en plus le pouvoir sur leur santé. Et le jeune Doc de 34 ans fait une distinction très nette entre ses deux activités.

Itinéraire d'un parcours médical et connecté

Né à Lecci, scolarisé à Porto-Vecchio, études supérieures à Marseille, interne à l'hôpital de Nice, puis à Bastia, en 2011, le docteur Jean-Marie Castellucci est venu agrandir le cabinet familial — créé il y 30 ans. Aux côtés de son papa et de sa maman, tous deux généralistes, Doc junior découvre le métier et impulse un rien de modernité dans ce milieu quelque peu austère. Ici, on est loin du médecin de campagne appuyé sur son Vidal jauni. Son cabinet est très moderne — dessiné par un ami architecte —, des toiles design sont accrochées aux murs blancs maculés. On nage dans la contemporanéité, dans l'ère numérique. Ca tombe bien, car deux tiers des patients se réfèrent désormais à internet pour rechercher une précision sur leur santé. Avant ou après la consultation au cabinet.

L'appli ne remplace pas le médecin

"Docteur, j'ai vu sur le net que..." L'entrée en matière était souvent identique. Las des discussions imprécises sur les forums, le docteur Castellucci devait rectifier les "diagnostics" de ses patients qui avaient tendance à s'approprier les maladies des autres. "Rapidement, je me suis rendu compte qu'avec une simple interrogation, j'arrivais à cibler leur maladie", assure Jean-Marie Castellucci. "J'ai eu l'idée de créer un logiciel qui reproduise ce raisonnement médical afin d'orienter les patients à identifier et analyser leurs symptômes. J'ai donc créé une application qui puisse répondre à leur demande en temps réel", décrit-il. C'est parti pour l'aventure dans la e-santé. L'idée est simple : à partir d'une douleur (mal de gorge, mal de ventre...) l'application recherche par le biais d'un questionnaire interactif, d'autres symptômes clefs qui permettent de déterminer la maladie la plus probable. "Que les choses soient claires, cette application n'a pas vocation à remplacer le médecin", précise-t-il, "plutôt à informer, à personnaliser une maladie", prévient le généraliste.

Des investisseurs bretons

Avec deux amis —- un juriste et l'autre expert-comptable - il bosse sur le principe. Le projet prend plusieurs mois pour définir les questions, créer la base d'analyse des symptômes et développer un algorithme intelligent. L'application est testée avec un groupe de médecins, un conseil scientifique de sept confrères (un ophtalmologiste, un urgentiste et cinq généralistes). DocNow, la première application de diagnostic santé, apparaît sur l'AppStore en avril 2012. Bingo. Le sujet intéresse. DocNow est aussitôt élue start-up française du mois par le site spécialisé dans l'actualité du Web et des nouvelles technologies, puis sélectionnée pour être la start-up de l'année. Rapidement elle est téléchargée 150 000 fois et décroche la 3e place au top 5 d'AppStore. Et si DocNow n'a pas réussi à remporter le titre de start-up de l'année — l'appli a fait des émules entre-temps — elle a permis à ses fondateurs de nouer de solides contacts. "À l'occasion de ce concours, nous avons rencontré des investisseurs bretons qui ont misé sur nous. Ils ont investi 200 000 € sur notre start-up, ce qui nous a permis de développer, d'enrichir l'application de nouvelles fonctionnalités", assure le Dr Castellucci. DocNow devient DocForYou.

Un défi osé

En 2012, le challenge est hasardeux. "Maintenant la e-santé explose, mais il y a trois-quatre ans, c'était très osé". Jean-Marie Castellucci a été précurseur dans ce domaine. En toute discrétion, il a mené de front ses deux activités. Son appli est médiatisée au niveau national, mais en Corse même ses patients ne savent pas qui se cache derrière DocForYou. Il est aussi discret parce qu'il connaît la réglementation française, très stricte, des médecins : pas de pub. Pourtant, on sait aujourd'hui que la santé connectée, c'est l'avenir et que le législateur devra bientôt se pencher sur la problématique. "La santé est le dernier secteur qui n'a pas été révolutionné par le numérique", glisse-t-il. (...) "DocForYou, c'est du conseil, mais pas un conseil physique, c'est un algorithme. Il y a un vide juridique". Aussitôt, le docteur ajoute : "soyons bien d'accord, ce n'est pas le vide juridique qui m'a intéressé, mais le fait de rendre service à la population".

Bientôt une nouvelle appli

Ce genre d'application sur la santé est donc toléré par l'Ordre des médecins. Sans plus. "On sait à présent que cela peut permettre de faire des économies de santé", insiste le docteur. Selon une étude, le déploiement des usages mobiles dans le domaine de la santé permettrait à l'Union Européenne d'économiser 99 milliards d'euros de dépenses en 2017. Pour le docteur Castellucci, la réglementation française doit évoluer. Elle est d'ailleurs en pleine mutation dans d'autres pays de l'Union Européenne et aux Etats-Unis. "Si les français ne le font pas, ce seront les américains qui viendront s'installer en France. Ce fut le cas pour la société américaine de taxis Uber". Pour l'instant, l'appli DocForYou est gratuite. Jusqu'à quand ? "On ne fera jamais payer l'utilisateur", assure le docteur. "Nous réfléchissons plutôt à l'idée de facturer aux professionnels en louant le logiciel à d'autres sites". Voilà pour DocForYou. Mais le jeune médecin a déjà d'autres projets en tête : une nouvelle application, validée par l'Incubateur d'entreprises de Corse. L'idée est de proposer un logiciel en ligne à des médecins afin que les malades ne patientent plus des heures entières dans les salles d'attente. Une appli très utile. Le projet devrait se concrétiser à la fin de l'année. À la ville comme à la campagne, la santé est bouleversée par l'usage des technologies numériques et ces projets connectés changent le rapport du docteur aux patients. Le docteur du futur, c'est un docteur connecté en temps réel. Un médecin de poche. Une blouse blanche accessible sur écran tactile. Jean-Marie Castellucci l'a bien compris.

Catégories: Flux externes

Arrivée de 3 nouveaux projets au sein de l'Incubateur de Corse

jeu, 08/27/2015 - 10:08

Le Comité de Sélection et de suivi de l’Incubateur d'Entreprises Innovantes INIZIÀ, réuni le 17 juillet 2015 à Ajaccio, a sélectionné 3 nouveaux projets, ce qui porte à 40 le nombre de projets entrés en incubation depuis le lancement opérationnel du dispositif en 2006 (voir répartition géographique ci-dessous). Le flux de projets expertisés et accompagnés par l'équipe de l'Incubateur de Corse s'est accéléré avec la création de l'association en octobre 2013, qui porte désormais les missions d'incubation de projets innovants liés ou non à la recherche publique (accompagnement, accueil et suivi d'entreprises), de mise en réseau des compétences et d'animation du territoire insulaire dans le domaine de l'innovation.

Le Comité de Sélection et de suivi de l’Incubateur d'Entreprises Innovantes INIZIÀ, réuni le 17 juillet 2015 à Ajaccio, a sélectionné 3 nouveaux projets, ce qui porte à 40 le nombre de projets entrés en incubation depuis le lancement opérationnel du dispositif en 2006 (voir répartition géographique ci-dessous). Le flux de projets expertisés et accompagnés par l'équipe de l'Incubateur de Corse s'est accéléré avec la création de l'association en octobre 2013, qui porte désormais les missions d'incubation de projets innovants liés ou non à la recherche publique (accompagnement, accueil et suivi d'entreprises), de mise en réseau des compétences et d'animation du territoire insulaire dans le domaine de l'innovation.

Les projets sélectionnés :

  • Le projet « SAPONE NUSTRALE », porté par Fabrice BALLAND, concerne le développement de savons reposant d’une part sur une recette « originale » comprenant des ingrédients naturels et plus particulièrement de l’eau de source de Puzzichellu (reconnue pour ses vertus dermatologiques sur la peau) et d’autre part sur un procédé de fabrication innovant permettant une meilleure conservation des propriétés actives des ingrédients naturels utilisés. L’association de cette recette originale et d’un nouveau procédé de fabrication représente le caractère innovant du projet.
  • Le Projet « ICARE », initié par Jérémy NEYROU, porte sur le développement d’une bague autonome et connectée, exploitant différentes technologies d’échange sans contact à destination de trois marchés principaux : le marché de l’automobile où la bague doit permettre d'utiliser le véhicule, de l’habitat où la bague doit permettre de verrouiller/déverrouiller une porte et le marché bancaire où la bague devrait servir de moyen de paiement. L'objectif est de remplacer l'ensemble de nos clés et moyens de paiement.
  • Le projet « MYPOLITOP », porté par Pierre GAMBINI, concerne le développement d’une application interactive pour Smartphone destinée à mettre en valeur de manière innovante des lieux ou des œuvres de notre patrimoine.


INIZIÀ a été fondé par la Collectivité Territoriale de Corse, l'Université de Corse, la CCI de Corse, la CCI de Bastia et de la Haute-Corse, la CCI d’Ajaccio et de la Corse du Sud, la Communauté d’Agglomération de Bastia et la Communauté d’Agglomération du Pays Ajaccien'

Catégories: Flux externes

Insolite et ludique : La découverte des sites et monuments avec l’Holoquid de Claris

jeu, 08/06/2015 - 11:32

Vu sur le Web (Corse Net Infos) : le pure-player sur l'actualité corse publie un article sur le projet « Holoquid », soutenu par l'Incubateur d'entreprises innovantes – INIZIÀ, dont l'application vient de sortir sur l'Appstore.
Les enfants sont curieux de nature et manipulent l’informatique de manière déconcertante. Les téléphones et leurs applications, les ordinateurs et leurs curiosités n’ont plus de secret pour eux. Allez, disons-le, ils nous en mettent plein la vue. Aussi, il y a des « grands » qui savent et travaillent pour eux, leurs mijotent des « trucs nouveaux » comme par exemple de leur permettre de découvrir l’histoire des monuments et autres sites remarquables qui les entourent, les visiter, comprendre le pourquoi du comment à travers des aventures contées dans un univers de Cartoon coloré. Cela avec une simple application pour iPad. Explications...

Vu sur le Web (Corse Net Infos) : le pure-player sur l'actualité corse publie un article sur le projet « Holoquid », soutenu par l'Incubateur d'entreprises innovantes – INIZIÀ, dont l'application vient de sortir sur l'Appstore.
Les enfants sont curieux de nature et manipulent l’informatique de manière déconcertante. Les téléphones et leurs applications, les ordinateurs et leurs curiosités n’ont plus de secret pour eux. Allez, disons-le, ils nous en mettent plein la vue. Aussi, il y a des « grands » qui savent et travaillent pour eux, leurs mijotent des « trucs nouveaux » comme par exemple de leur permettre de découvrir l’histoire des monuments et autres sites remarquables qui les entourent, les visiter, comprendre le pourquoi du comment à travers des aventures contées dans un univers de Cartoon coloré. Cela avec une simple application pour iPad. Explications...

Au commencement était une équipe, un dessinateur, Jean-Marc Filippi, une écrivaine, Laetitia Martini, un créateur graphiste Fred Pierrot, un concepteur, Dominique Filippini et un homme aux doigts de fée, qui écrit, filme, réalise et sait se servir de ses mains, Dominique Lanzalavi, porteur du projet. Tout ce beau monde a mis au point quelque chose de ludique, d’intelligent, de patrimonial, intéressant à plus d’un titre. En clair, une de ces inventions de la technologie moderne et numérique que l’on appelle Application. Il fallait pour cela l’outil indispensable, la baguette magique qui s’appelle l’incubateur territorial de la Corse « Inizia » grâce auquel Dominique a pu faire aboutir le projet. Ce ne fut pas une sinécure certes, mais à force de travail, d’expérience et de détermination, les choses se sont bien passées et l’enfant est né.

Claris et la Corse d’une autre façon…

Claris est une petite fille qui a découvert un jour une invention magique de son grand-père : l’Holoquid ! Une machine qui contient toutes les connaissances pour découvrir le monde et qui permet d’être téléportée dans l’endroit de son choix. Tout cela grâce à la « quido énergie » qui fait apparaître dans la main des hologrammes du savoir en disant le mot de passe : Holoquido. Dans son aventure, cette petite fille sortie de l’imagination de ces « grands enfants » est accompagnée par son ami Golo, le vieux goéland à lunettes. Vous avez compris qu’il s’agissait d’une série et celle-ci, la première d’une longue aventure, permet à Claris de visiter la Corse et ses monuments. L’histoire commence par Ajaccio et Claris marche sur les traces du plus célèbres des enfants d’Ajaccio, l’Empereur Napoléon 1er. Avec en toile de fond, sa maison natale. Dans la résidence de campagne de ses parents, les Milleli, ou encore devant les monuments qui lui sont dédiés, à savoir la place du Diamant et l’encrier, le Casone et bien entendu la cathédrale d’Ajaccio où il fut baptisé. Il va sans dire qu’après Ajaccio, d’autres villes de l’île seront prochainement proposées car l’application est destinée aussi bien aux enfants locaux qui apprendront à mieux connaître leur patrimoine, mais aussi et surtout aux petits touristes continentaux ou étrangers car l’application de Claris comprend quatre langues : Français, Italien, Anglais et Corse.

Jeux et questionnaires de 7 à 77 ans…

Pour être plus complet et attiser davantage la curiosité de nos chères têtes blondes, l’équipe a prévu dans cette application des jeux et autres questionnaires de validation des acquis qui viennent compléter les visites avec toujours un même objectif : apprendre en s’amusant. De la à penser que les parents se prendront au jeu comme ils l’ont fait avec le petit train électrique, il n’y a qu’un pas que nous franchirons allègrement sans risque de se tromper. Ah ! Les chemins de l’histoire… L’application est sortie il y a quelques jours et est disponible en deux versions : -Une version découverte gratuite avec la visite de la Maison Bonaparte -Une version à 4,99 euros avec les 5 monuments cités plus haut Disponible sur App Store.

Contact : contact@aio-prod.com

Catégories: Flux externes

Bowkr va révolutionner les sites d'offres d'emplois

lun, 08/03/2015 - 09:01

Vu sur le Web (Corse-Matin du 30 juillet 2015) : une application destinée à la recherche d'emploi vient d'être lancée par deux anciens étudiants de l'Université de Corse, avec le soutien de l'Incubateur d'entreprises innovantes INIZIÀ. Annonceurs et chercheurs devraient trouver leur bonheur sur "bowkr".
Lire le communiqué de presse

Vu sur le Web (Corse-Matin du 30 juillet 2015) : une application destinée à la recherche d'emploi vient d'être lancée par deux anciens étudiants de l'Université de Corse, avec le soutien de l'Incubateur d'entreprises innovantes INIZIÀ. Annonceurs et chercheurs devraient trouver leur bonheur sur "bowkr".
Lire le communiqué de presse

Catégories: Flux externes

L'urbanisme dépoussiéré avec le portail Urba Earth

mar, 07/21/2015 - 14:30

Vu sur le Web (Corse Matin du mardi 21 juillet 2015) : le quotidien Corse Matin publie un article sur la société URBA EARTH créée par David LUCENA avec l'appui de l'Incubateur d'entreprises innovantes INIZIÀ. David LUCENA, directeur de la société URBA EARTH, et Damien GRANDI, qui officie en tant que développeur, ont mis au point une interface qui permet notamment de localiser en toute facilité une parcelle, télécharger un règlement d'urbanisme et imprimer un plan de situation. Depuis quelques jours, ce nouveau service est mis à la disposition des particuliers, professionnels et collectivités souhaitant disposer d'éléments de première main.

Vu sur le Web (Corse Matin du mardi 21 juillet 2015) : le quotidien Corse Matin publie un article sur la société URBA EARTH créée par David LUCENA avec l'appui de l'Incubateur d'entreprises innovantes INIZIÀ. David LUCENA, directeur de la société URBA EARTH, et Damien GRANDI, qui officie en tant que développeur, ont mis au point une interface qui permet notamment de localiser en toute facilité une parcelle, télécharger un règlement d'urbanisme et imprimer un plan de situation. Depuis quelques jours, ce nouveau service est mis à la disposition des particuliers, professionnels et collectivités souhaitant disposer d'éléments de première main.

Il ne fallait pas avoir froid aux yeux. S'attaquer à la matière compliquée et rebutante des documents d'urbanisme avec l'idée de proposer un service simple et accessible, alors que l'on ne bénéficie que d'une très maigre expérience dans ce domaine, tenait de la gageure.

David Lucena a relevé le gant. Depuis la fin de la semaine dernière, la mise en ligne du portail web Urba Earth, qui permet à tout un chacun de s'informer sur la constructibilité d'une parcelle ou d'élaborer son propre plan de situation, démontre qu'il a su conduire sa barque. Et avec la manière.

"J'ai découvert l'urbanisme à la suite d'un stage qui m'a passionné. Une chose m'avait alors frappé : les services des collectivités travaillaient encore sur des supports papier qu'il fallait juxtaposer pour disposer d'une vue d'ensemble", raconte le jeune chef d'entreprise.

Le projet de mettre à la disposition des collectivités, mais aussi des particuliers et des professionnels, tous les documents d'urbanisme liés aux droits du sol commence à faire son chemin. Et prend un tour très concret lorsque David Lucena intègre l'incubateur de Corse, en 2010, baptisé depuis Inizià.

Chez les Bénédictins

En 2012, sa petite boîte voit le jour et, à travers une activité de bureau d'études spécialisé dans l'élaboration de documents d'urbanisme, commence à tourner.

Mais, le concept de création d'un portail internet rassemblant l'ensemble des données disponibles propres au territoire corse reste encore à réaliser... (la suite de l'article ci-dessous)

Catégories: Flux externes

3 projets soutenus par INIZIÀ lauréats du concours i-LAB 2015

mer, 07/01/2015 - 14:29

Les prix du 17ème concours national d'aide à la création d'entreprises innovantes, i-LAB, ont été remis ce jour par le secrétaire d’Etat chargé de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, Thierry MANDON. La promotion 2015 compte 174 lauréats dont 54 en « création développement » et 120 « en émergence ». i-LAB comporte deux volets :

► Le concours national d'aide à la création d'entreprises de technologies innovantes, qui vise à accompagner le développement des start-up de technologies innovantes. Le projet SHINIIZ, porté par Jacques Michael KAUFLING, accompagné par l’Incubateur de Corse, est lauréat dans la catégorie « émergence ».

► Le prix PEPITE - Tremplin pour l'Entrepreneuriat Etudiant, qui vise à encourager l'esprit d'entrepreneuriat, notamment chez les étudiants et les jeunes diplômés. Les projets ICARE (Jérémy NEYROU) et GEOGO (Christian FRANCHI), suivis par INIZIÀ, sont les deux lauréats nationaux issus du PEPITE Corse.

Les prix du 17ème concours national d'aide à la création d'entreprises innovantes, i-LAB, ont été remis ce jour par le secrétaire d’Etat chargé de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, Thierry MANDON. La promotion 2015 compte 174 lauréats dont 54 en « création développement » et 120 « en émergence ». i-LAB comporte deux volets :

► Le concours national d'aide à la création d'entreprises de technologies innovantes, qui vise à accompagner le développement des start-up de technologies innovantes. Le projet SHINIIZ, porté par Jacques Michael KAUFLING, accompagné par l’Incubateur de Corse, est lauréat dans la catégorie « émergence ».

► Le prix PEPITE - Tremplin pour l'Entrepreneuriat Etudiant, qui vise à encourager l'esprit d'entrepreneuriat, notamment chez les étudiants et les jeunes diplômés. Les projets ICARE (Jérémy NEYROU) et GEOGO (Christian FRANCHI), suivis par INIZIÀ, sont les deux lauréats nationaux issus du PEPITE Corse.



L’édition 2015 de ce concours, ouvert à tous, confirme l’importance de la recherche publique comme terreau de l’innovation et de la croissance : près de 60% des lauréats en sont issus.

M. Thierry MANDON indique dans son éditorial que « nous sommes loin de l’image d’une recherche coupée du bouillonnement de la vie économique, et il y a une vraie raison d’optimisme pour l’avenir ». « La création d’entreprise étant avant tout une histoire humaine, il me semble important de souligner également le rôle des incubateurs publics, qui constituent avec i-LAB un dispositif cohérent en accompagnant les porteurs de projet dans leur apprentissage de l’entrepreneuriat et en les mettant en capacité de réussir leur aventure. 70% des projets « création-développement » y sont hébergés ».

L’innovation est un enjeu pour la croissance et pour l’emploi, mais également pour apporter des réponses nouvelles aux défis de notre société dans le domaine du numérique, de la santé, du développement durable, et de tant d’autres.

Catégories: Flux externes

Lancement des programmes opérationnels européens 2014- 2020 pour la Corse

mar, 06/02/2015 - 08:42

Une journée consacrée au lancement de la programmation européenne 2014-2020 pour la Corse s'est tenue ce lundi 1er juin 2015 au Palais des congrès à Ajaccio. Elus, acteurs institutionnels, partenaires socio-économiques et bénéficiaires potentiels des futurs programmes étaient réunis à l'occasion de ce séminaire de travail.
En présence, notamment, du président du Conseil Exécutif de Corse, Paul GIACOBBI et du Préfet de Corse, Christophe MIRMAND, les rapporteurs de la Commission européenne ont présenté les programmes européens et visité les différents stands parmi lesquels celui d'INIZIÀ et des créateurs d'entreprises innovantes qui ont bénéficié de son accompagnement.

Une journée consacrée au lancement de la programmation européenne 2014-2020 pour la Corse s'est tenue ce lundi 1er juin 2015 au Palais des congrès à Ajaccio. Elus, acteurs institutionnels, partenaires socio-économiques et bénéficiaires potentiels des futurs programmes étaient réunis à l'occasion de ce séminaire de travail.
En présence, notamment, du président du Conseil Exécutif de Corse, Paul GIACOBBI et du Préfet de Corse, Christophe MIRMAND, les rapporteurs de la Commission européenne ont présenté les programmes européens et visité les différents stands parmi lesquels celui d'INIZIÀ et des créateurs d'entreprises innovantes qui ont bénéficié de son accompagnement.

Les programmes européens sont au nombre de quatre pour la Corse :

  • FEDER - FSE → 116 M€
  • FEADER → 145 M€
  • FSE → 8 M€
  • FEAMP → Montant en cours de négociation


Télécharger le PO Corse FEDER-FSE 2014-2020


Les porteurs de projets présents sur le stand d'INIZIÀ :
— Dominique LANZALAVI (Claris & L'Holoquid)
— Jean MIRAMOND (APPA)
— Davis LUCENA (URBA EARTH)
— Christelle LEANDRI (ECCE DONNA)
— Didier PIERRAT-AGOSTINI (STEP SOL)
— Frédéric VELLUTINI (INOVELI)

Catégories: Flux externes

Booster la création d’entreprises issues de la recherche publique en Corse

mer, 05/27/2015 - 08:29
La SATT Sud Est et l’incubateur d’entreprises innovantes INIZIÀ ont signé une convention de partenariat pour l’accompagnement des projets de création de start-up

Une convention de partenariat a été signée le vendredi 10 avril 2015 dans les locaux de l’Incubateur d’Entreprises Innovantes INIZIÀ à Ajaccio par M Jacques POMONTI, Président de l’incubateur INIZIÀ, et M Olivier FRENEAUX, Président de la SATT Sud Est, afin d’accélérer la création d’entreprises innovantes sur le territoire de la Corse, en s’appuyant sur les expertises complémentaires de chaque entité.

Téléchargez le communiqué de presse

La SATT Sud Est et l’incubateur d’entreprises innovantes INIZIÀ ont signé une convention de partenariat pour l’accompagnement des projets de création de start-up

Une convention de partenariat a été signée le vendredi 10 avril 2015 dans les locaux de l’Incubateur d’Entreprises Innovantes INIZIÀ à Ajaccio par M Jacques POMONTI, Président de l’incubateur INIZIÀ, et M Olivier FRENEAUX, Président de la SATT Sud Est, afin d’accélérer la création d’entreprises innovantes sur le territoire de la Corse, en s’appuyant sur les expertises complémentaires de chaque entité.

Téléchargez le communiqué de presse

La convention vise à définir une articulation cohérente entre l’Incubateur INIZIÀ et la SATT Sud Est qui respecte les cœurs de métier de chacun, en assurant une lisibilité des actions respectives de chaque structure dans le domaine du transfert de technologies, en faveur de l’industrie ou de la création, émanant de la communauté scientifique locale au bénéfice du développement économique de la Corse. La SATT Sud Est apporte son expertise pour la gestion de la propriété intellectuelle, la maturation et le licensing liés aux technologies des actionnaires de la SATT Sud Est dont l’Université de Corse et le CNRS ; l’Incubateur intervient en accompagnement des porteurs de projets de création d’entreprises sur le territoire Corse liées aux technologies dont la SATT Sud Est assure la valorisation.

« L’objectif de cette collaboration est de couvrir la phase de maturation de projets en Corse, qui constitue le premier maillon de la chaine de l’innovation avant l’incubation et la création de l’entreprise. En comblant ce gap, nous renforçons l’efficience des dispositifs de soutien à l’innovation sur le territoire en favorisant l’émergence de projets issus de la recherche publique » déclare Jacques POMONTI, Président de l’incubateur d’entreprises innovantes INIZIÀ.

« Ce partenariat apporte plus de lisibilité pour les « chercheurs-entrepreneurs » et quelques projets sont déjà engagés. Nous souhaitons par ailleurs renforcer notre partenariat avec INIZIÀ pour augmenter la diffusion des technologies de la SATT Sud Est vers les PME insulaires » conclut Olivier FRENEAUX, Président de la SATT Sud Est.

Les équipes de la SATT Sud Est et d'INIZIÀ dans les locaux de l'Incubateur de Corse à Ajaccio

Catégories: Flux externes

L'Europe à la portée de votre entreprise

mer, 05/20/2015 - 14:11

Mardi 19 mai 2015 s'est tenue une réunion d'information sur les outils et financements européens à l'initiative de l'incubateur d'entreprises innovantes INIZIÀ, membre du réseau Entreprise Europe, le plus grand réseau européen dédié à l'innovation et à l'internationalisation des entreprises. Cette conférence, qui a rassemblé une trentaine de participants à l'hôtel Campo dell'Oro à Ajaccio (chefs d'entreprises, porteurs de projets, financeurs ou institutionnels), était animée par Nicolas CHEHANNE, coordinateur du consortium EEN PACA Languedoc-Roussillon Corse et Ludovic FERAUD, chargé de projets EEN au sein de la CCI PACA.

→ Découvrez le support de présentation d’EEN :

Mardi 19 mai 2015 s'est tenue une réunion d'information sur les outils et financements européens à l'initiative de l'incubateur d'entreprises innovantes INIZIÀ, membre du réseau Entreprise Europe, le plus grand réseau européen dédié à l'innovation et à l'internationalisation des entreprises. Cette conférence, qui a rassemblé une trentaine de participants à l'hôtel Campo dell'Oro à Ajaccio (chefs d'entreprises, porteurs de projets, financeurs ou institutionnels), était animée par Nicolas CHEHANNE, coordinateur du consortium EEN PACA Languedoc-Roussillon Corse et Ludovic FERAUD, chargé de projets EEN au sein de la CCI PACA.

→ Découvrez le support de présentation d’EEN :

INIZIÀ est membre du réseau EEN suite à l'appel à projet lancé par la Commission européenne en 2014. Ce réseau européen présent dans 45 pays offre un service de guichet unique aux PME pour les aider à exploiter pleinement leur potentiel, à favoriser leurs activités de RDI et à faciliter leur recherche de partenaires et leur accès aux marchés internationaux, avec 3 missions principales :

  • La recherche de partenaires européens
  • La réglementation et la mise en conformité des produits et services
  • L'accompagnement sur les financements européens pour des projets de développement, notamment le nouveau dispositif destiné à financer tous les types de P.M.E. innovantes dans les thématiques prioritaires d'Horizon 2020.

Catégories: Flux externes

Du soleil en bouteilles - Plateforme MYRTE

ven, 05/08/2015 - 11:27

Cette vidéo nous explique le fonctionnement de la plateforme MYRTE à Ajaccio en des termes simples en s'appuyant sur des animations ludiques.

Cette vidéo nous explique le fonctionnement de la plateforme MYRTE à Ajaccio en des termes simples en s'appuyant sur des animations ludiques.

Les plateformes MYRTE et PAGLIA ORBA sont un projet phare de transfert de technologie mené par l'Université de Corse et ses partenaires — le CEA, AREVA et le CNRS — avec le soutien de la Collectivité Territoriale de Corse, de l'Union Européenne et de l'Etat. Il porte sur l'hybridation de systèmes de production et de stockage de l'énergie utilisant comme source renouvelable le rayonnement solaire.

Catégories: Flux externes

Pages